MONACO ET NAPOLÉON III




Création le 9 juillet 2016

Excellent article de Jean Étèvenaux dans la Revue du Souvenir Napoléonien n° 488 de juillet 2011. Nous avons déjà publié une recension d’un article sur le rattachement à l’Empire français de Nice et de la Savoie. Voici quelque chose de beaucoup moins connu : la vente à la France par les Grimaldi de Menton et Roquebrune, en « remerciement » de l’aide apportée par Napoléon III à l’unification de l’Italie.


http://napoleonkersco.blogspot.fr/search/label/a%2012%20-%20NICE%20ET%20LA%20SAVOIE

**************************************

Nous sommes le 8 janvier 1297. Les Génois François et Rainier Grimaldi se sont déguisés en moines  pour s’emparer d’un rocher en bordure de la Méditerranée dénommé Monaco (qui signifie « moine » en italien) et dont le nom remonte à l’époque grecque. Les armoiries de l’État de Monaco conservent toujours les deux pseudo-moines avec leurs épées …







À la révolution française, la principauté est annexée par la Convention en 1793, puis reprend son statut de protectorat lors du premier traité de Paris en 1814. Mais au lendemain de Waterloo, Monaco se trouve finalement placé sous la tutelle du royaume de Piémont Sardaigne. Comme Turin ne verse pas de rente à la Principauté mais augmente les impôts, le mécontentement grandit à Menton et à Roquebrune.

Mais le contexte change : La France est maintenant dirigée par Napoléon III depuis 1848,  et Cavour est chef du gouvernement italien depuis 1852. En obtenant l’aide de l’Empereur, Cavour sait qu’il devra donner une compensation : Cela va être la Savoie, mais aussi le Comté de Nice, agrandi d’une façon quelque peu inattendue : le référendum pour le rattachement à la France donne pour Menton et Roquebrune 883 voix pour et 54 contre. Pour arrondir les choses, Menton et Roquebrune sont vendues à la France, qui en retour prend à sa charge la construction  d’une ligne de chemin de fer Nice Gênes et d’une route pour désenclaver la Principauté. Donc voilà comment la surface de la Principauté sera passée, au profit de la France, de 24 à 2 km2 et le nombre de ses habitants de 7500 à 1500 !


Menton
 
Roquebrune


Monaco prend alors son essor et se transforme en un État moderne et reconnu sur le plan diplomatique. Le Prince, conseillé par sa mère, l’énergique princesse Caroline, favorise l’implantation d’un cercle de jeux destiné aux riches étrangers qui découvrent ce qui est en train de devenir la Côte d’Azur. La Société des Bains de Mer reçoit le monopole des jeux, à charge pour elle de créer et de gérer certains services d’intérêt général, comme l’éclairage et le nettoyage de la ville, la distribution de l’eau et du gaz ainsi que le service de transport entre Monaco et Nice. Charles III abolit aussi les impôts directs pour les Monégasques.